Madame et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs les Parlementaires, mes chers consœurs et confrères, Mesdames, Messieurs,

Nous sommes réunis ce soir pour fêter les 20 ans de l’AFCL.

L’idée de doter les professionnels du lobbying d’une association les regroupant et d’une charte déontologique nous est venue, à Paul Boury et moi-même, au milieu des années 80, lorsque nous avons compris que l’activité professionnelle, que nous exercions depuis quelques années déjà, avait vraiment démarré en France et répondait à un réel besoin pour les entreprises compte tenu de la complexité croissante de la prise de décision dans nos sociétés.

Cette activité a été immédiatement bien perçue par les décideurs publics, (cabinets ministériels, parlementaires, haute administration) et ce dès le début des années 80.

Puis quelques professionnels se sont lancés ces années-là : Bernard Rideau, Florence Maisel, Thierry Lefébure (je salue ce soir sa mémoire), suffisamment nombreux pour que nous puissions nous rassembler autour de notre projet d’association et de charte en 1991.

L’AFCL a été lancée autour de quelques idées structurantes :

Un impératif : Instaurer une séparation très stricte entre les lobbyistes ou conseils en affaires publiques et les décideurs politiques (pas de mandat électif pour nous, pas de pratique du lobbying pour les élus et leurs collaborateurs.

Une cohérence : rassembler les professionnels du conseil en lobbying autour d’une pratique commune, un langage commun : L’AFCL a été extrêmement précieuse toutes ces années pour fédérer nos messages et faire de la pédagogie y compris en interne !

Une mutualisation des compétences entre nous pour améliorer nos services et permettre aux nouveaux entrants de bénéficier de l’expérience des plus expérimentés dans cette activité (exemple en matière d’assurances, contractuelles, tarifs, formation… etc. …)

Nous avons également suivi avec intérêt le travail de notre association sœur, l’ARPP, de quelques années notre ainée, aujourd’hui très bien représentée à notre anniversaire. L’ARPP a toujours eu les mêmes exigences que nous en terme de déontologie, de compétence et de pratique professionnelle.

Les présidents et les bureaux qui se sont succédé depuis 20 ans se sont tous attachés à rassembler les consultants en lobbying qui peu à peu se sont installés dans le paysage français, et à renforcer notre charte déontologique.

A travers cette action, l’AFCL a convaincu peu à peu les pouvoirs publics, les entreprises, les universitaires, les étudiants des grandes universités et écoles, que notre activité était utile, exercée avec professionnalisme et encadrée par des règles claires et contrôlables.

Aujourd’hui on ne compte plus les enseignements en lobbying et affaires publiques dans les grandes écoles et universités. Beaucoup de membres de notre association donnent des cours, publient des articles, des ouvrages, participent à des conférences.

La page sur l’AFCL dans le précis Dalloz de Christian Vigouroux sur la « déontologie des fonctions publiques » a confirmé le bien fondé de notre action.

L’AFCL a également été auditionnée (et entendue) lors des travaux des parlementaires visant à mettre un peu d’ordre dans les accès aux Assemblées et dans la question de la lisibilité des intérêts défendus. Je pense bien entendu à la résolution de Mme Grosskost et de M. Beaudoin mais aussi au rapport d’information sur le lobbying de feu M. Charié pour qui « le lobbying apporte au régulateur public les éléments d’information et d’appréciation susceptibles d’éclairer et d’enrichir sa décision » : définition qui rejoint tout à fait la nôtre.

Un peu d’histoire :

Le premier bureau de l’AFCL composé de Paul Boury, Thierry Lefébure, Florence Maisel et moi-même a beaucoup travaillé pour lancer cette association, la faire reconnaitre par les Pouvoirs Publics et convaincre les entreprises du réel service que nous pouvions leur apporter :

Votre présence nombreuse ce soir atteste que ce travail a été utile.

Pour le dixième anniversaire nous avions pu nous exprimer Salle Colbert à l’Assemblée Nationale où nous avions reçu à cette occasion un ancien ministre qui quelques temps après était nommé Premier Ministre : Peut-être était-ce le début d’une tradition : c’est tout le bien que je souhaite aux parlementaires ici présents qui à n’en pas douter seront dans un prochain gouvernement et peut être même à Matignon ! .

Notre troisième président, Yves jambu Merlin, a apporté avec lui la caution des grandes agences et notamment EuroRSCG qui ainsi acceptaient d’appliquer la charte de l’AFCL.

Jean Christophe Adler élu ensuite, a beaucoup communiqué et organisé un colloque sur le lobbying au Sénat dont les actes ont été publiés. Il a, avec son bureau, toiletté une première fois la charte pour la renforcer.

Puis Capucine Fandre et son bureau ont eu l’idée compte tenu de l’importance que prenait tous ces sujets et du nombre de membres à l’AFCL, de créer des commissions permanentes dont la commission déontologie animée avec beaucoup d’efficacité par Nicolas Bouvier et Fabrice Alexandre.

La charte a été une nouvelle fois renforcée. Elle est aujourd’hui l’une des plus strictes en Europe.

Enfin Pascal Tallon, récemment élu, nous réunit ici ce soir et nous fera part dans quelques instants des projets de l’association pour les mois à venir.

Pour ceux de nos membres qui sont rentrés récemment à l’AFCL, ce rapide historique des présidents et bureaux qui se sont succédés depuis 20 ans montrent bien que la force de notre association réside dans la qualité de ses membres bien sûr, mais aussi dans le fait que chacun peut participer à son bureau et à ses commissions et ainsi apporter ses qualités, ses convictions et ses idées au renforcement de notre profession dans l’intérêt bien compris de tous.

L’avenir

Que de chemin parcouru depuis la création de notre association en 1991 et l’article sur l’AFCL en première page du Monde écrit par Thierry Bréhier, qui a compris l’un des premiers l’intérêt et l’importance de constituer en France une association comme la nôtre.

Est-ce à dire que nous avons tout fait, tout dit, tout réglé ? : Evidemment non !
Chaque bureau, chaque président ou présidente connait son lot de questions à résoudre : Mon cher Pascal,

Ton expérience, ta disponibilité, l’appui de Paul Boury et de ton bureau constitué de professionnels aguerris te sont très précieux. Il n’en reste pas moins que ton mandat est confronté à quelques questions sur lesquelles tu dois avec ton bureau donner ton avis :

La question des avocats lobbyistes – et les contradictions que cela soulève. Si le Conseil National des Barreaux admet que les règles de déontologie et de transparence applicables aux lobbyistes sont compatibles avec les règles professionnelles des avocats, est ce que l’inverse est vrai ?? Je me permets de poser la question.

Je persiste à penser que si nos activités sont évidemment différentes, elles sont complémentaires et nous pouvons donc continuer comme par le passé à travailler en bonne intelligence avec les avocats sur les dossiers de lobbying, en étant certain que nos clients continueront à percevoir nos complémentarités respectives.

D’autres questions nous concernent au premier chef, comme celle du lien entre décideurs publics et intérêts privés et des suites – si suite il y a – qui seront données au rapport Sauvé sur la « prévention des conflits d’intérêts dans la vie publique ». Ce rapport s’interroge notamment sur l’opportunité de prévoir des mesures sur les représentants d’intérêts – question complexe et à suivre !

Mais ce n’est ni le lieu ni l’heure d’énumérer toutes les autres questions sur lesquelles les commissions de l’AFCL travaillent !…

Notre association regroupe maintenant une trentaine d’agences et donc des professionnels plus nombreux encore, ce qui complique la tâche du président et du bureau pour trouver les dénominateurs communs. Il faut donc que tous les membres puissent s’investir à un moment ou à un autre dans l’association, soit au bureau soit dans les commissions ou groupes de travail.

L’AFCL s’est renforcée ces 20 dernières années, elle peut et doit continuer à se développer. Longue vie à notre association, bonne chance à tous.
Bon courage à notre Président et à son bureau