« Un discours rigoriste, témoignant des efforts des professionnels pour améliorer leur réputation. L’Association française des conseils en lobbying et affaires publiques (AFCL), présidée par Pascal Tallon, s’est ainsi dotée d’une « Charte de déontologie professionnelle ». Ces efforts sont reconnus par les associations luttant pour une plus grande transparence de la vie politique, comme Transparency International et Regards citoyens, auditionnées par Christophe Sirugue dans le cadre de son rapport. Le métier de lobbyiste est « parfaitement respectable », estime Daniel Lebègue, président de Transparency International France :« On n’est pas antilobbyistes, car on considère que l’expression des intérêts est liée de manière intrinsèque avec la vie démocratique, avec une économie de marché, où chacun cherche à faire valoir ses intérêts auprès des décideurs publics. »