Les lobbyistes, parties prenantes ?

Et les lobbyistes, pourquoi ne participeraient-ils pas pour eux-mêmes ? Fabrice Alexandre envisage le dépôt d’une contribution pour l’Association française des conseils en lobbying (AFCL), dont il est par ailleurs président.

« Nous avons eu l’année dernière, avec Décider ensemble et de nombreux intervenants, une réflexion sur les conditions d’une bonne concertation, d’une bonne discussion publique. Et nous avons recueilli une matière qui peut nous permettre de répondre aux questions ouvertes par le grand débat. Il faut s’y mettre. »