Lire et voir le webdoc de France 24 : https://webdoc.france24.com/enquete-lobbies-france-hulot-fabrique-loi-macron/index.html

« Dans une démocratie, celui qui est chargé de définir l’intérêt général, c’est le politique, répond Fabrice Alexandre, directeur associé du cabinet de lobbying Communication et Institutions et président de l’Association française des conseils en lobbying (AFCL). Et puis ce n’est pas parce que vous défendez un intérêt qui n’est pas économique que vous défendez l’intérêt général. Les associations de lutte contre l’IVG par exemple, peut-on dire qu’elles défendent l’intérêt général ?

« Les lobbyistes, ce sont des gens qui essaient de comprendre les ressorts d’une discussion, d’un débat, et qui se disent : ‘Comment je vais pouvoir convaincre de l’intérêt de ce que j’ai à dire ?’, détaille Fabrice Alexandre, de l’AFCL. C’est beaucoup de travail en amont. Contrairement à ce qu’on pense, les contacts avec les politiques viennent après un gros travail d’instruction d’un dossier.

« Bien sûr qu’il y a des mauvaises pratiques, comme malheureusement dans à peu près tous les secteurs, se défend Fabrice Alexandre, dont l’association propose une charte de déontologie. Mais notre travail à l’AFCL, c’est justement de lutter contre celles-ci, en faisant notamment un travail d’explication et de pédagogie auprès de nos pairs des bonnes pratiques. »