« L’association française des conseils en lobbying et affaires publiques (AFCL) […] ajoute qu’ « à l’heure où les assemblées de France et d’Europe, bien légitimement, mettent en place des règles pour encadrer les représentants d’intérêts, il serait incompréhensible de laisser dans l’ombre tout un pan des relations entre les intérêts privés et les élus nationaux » »